Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
être soi-même

Les menstruations dans diverses cultures, un point de vue différent

1--1-.gif

Depuis la nuit des temps, les femmes connaissent des périodes de menstruations. Appelées autrefois « lunes », elles étaient considérées comme sacrées, propices aux rituels, témoignant du plein pouvoir féminin…



Aujourd’hui, dans notre monde moderne, aseptisé, les règles sont considérées par la plupart des femmes comme un passage obligatoire, contraignant, douloureux, sale et honteux.



Ce que le Musée des menstruations - Joan Morais - nous rapporte est intéressant.



- Hippocrate croyait que les saignements mensuels débarrassaient les femmes de toxines et a mené à la pratique chez les humains, des saignements thérapeutiques.

- Les anciens amérindiens Navajo encourageaient les femmes à mener (gérer) leurs tribus lors de leurs menstruations car ils croyaient que les femmes étaient alors sacrées et recevaient des intuitions spirituelles pendant cette période.



Wahhh ! On aimerait bien avoir les mêmes, ici !



- Dans certaines sociétés anciennes, les femmes menstruées étaient envoyées dans une même hutte afin d’éviter la contamination des plantes et des aliments. Nous pensons que beaucoup de grands-mères auraient adoré ce « petit moment de repos » !

- Dans de nombreuses religions, elles sont aussi exclues du temple religieux pendant leurs menstruations.

- Les femmes préhistoriques auraient eu environ 100 cycles menstruels durant leur vie alors que la femme moderne en aurait environ 500.

- L’âge moyen du début des menstruations est en déclin. En 1860, les règles débutaient à 16,6 ans; en 1920, 14,6 ans, en 1950, 13,1 ans et en 1980 à 12,5 ans.

- En 1550 avant Jésus-Christ, les femmes d’Egypte plaçaient des bandes ouatées dans leur vagin, tandis que celles de la Grèce antique du Vè siècle avant Jésus Christ utilisaient des compresses enroulées autour d’un morceau de bois.

- A Rome il s’agissait de laine, de papier au Japon, ou de rouleaux d’herbe en Afrique.

Mais la morale chrétienne a rapidement placé le tabou sur ces méthodes, considérant que l’insertion d’un objet dans le vagin ne pouvait être qu’un péché.

- Dans les années 1800, la plupart des adolescentes et femmes américaines possédaient un « sac à chiffons » qui servait à y glisser des morceaux de coton et de tissu qui étaient utilisés comme serviettes hygiéniques (d’où l’expression « avoir ses chiffons »).

- C’est à la fin des années 1800 que les premières serviettes hygiéniques furent créées.



Super comme infos me direz-vous ! Mais à quoi ça sert ?



Si nous considérons un instant les choix et les croyances que chaque homme et femme peut adopter sur n’importe quel sujet de la vie, nous verrons que tout dépend de l’œil qui regarde.

Explications :

Si nous décidions de porter des lunettes qui nous font apparaître les menstrues comme sales, mauvaises, douloureuses, contraignantes, honteuses, alors c’est ce que nous vivrons.



Si a contrario nous décidions que les règles sont un moment sacré de la vie d’une femme, qu’elles sont une source infinie possibilités positives, une épuration et un renouvellement naturel du sang, alors c’est ce que nous vivrons !



Quel serait notre choix ? Comment déciderions-nous de vivre ce phénomène de la menstruation, qui renvoie irrémédiablement au mystère de « l’éternel féminin » ?



Cela est valable pour toutes les circonstances de la vie !



Comment considérerions-nous la vie si nous changions simplement notre façon de la regarder ?



A bientôt quelque part Chers Co-Créateurs !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article