Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
être soi-même

Leçon de maux

400.jpg


Un discours bien construit crédibilise celui qui sait se servir des mots. Or, nous avons tous des vérités « pré-établies » du genre : « Oh qu’il est beau votre bébé » !

 

Nous ne pensons pas souvent ce que nous disons et nous ne disons pas toujours ce que nous pensons, n’est-ce pas ?

 

Nous avons tous plus ou moins reçu (ou édité) des faire-part de naissance du genre :

 

«  Gaël est heureux de vous annoncer l’arrivée de sa petite sœur Ophélia »

 

« Sophie est heureuse de vous annoncer le mariage de sa maman avec son nouveau papa, Alain Bidule »

 

Alors, NON, NON et NON, Gaël est loin d’être heureux de vous faire part de l’arrivée de cet horrible bébé baveux et fripé qui va en prime s’accaparer papa et maman ET ses jouets !

 

Sophie est loin d’être heureuse d’annoncer le mariage de sa maman avec ce type qu’elle ne trouve pas du tout à son goût. Elle est d’ailleurs persuadée que sa maman se trompe royalement en épousant Mr Bidule et elle ira, de ce fait, vivre chez son papa, c’est décidé !

 

 Les mots peuvent dissimuler la vérité, ou la simuler…

 

Les mots peuvent nuire, détruire et parfois même, ils peuvent tuer.

 

HEUREUSEMENT, les mots peuvent aussi aider à grandir, construire l’avenir, éveiller des prédispositions et mêmes éveiller les consciences !

 

Le discours contaminé est l’un des modes privilégiés de l’éducation des enfants.

 

Avons-nous remarqué à quel point nous pouvions parfois être durs envers nos enfants ?

 

Nous exigeons la vérité de nos enfants, mais nous, la donnons-nous toujours ?

 

« La chance que tu as ! Tu vas avoir deux maisons ! Deux papas, deux mamans ! Et même si ton papa reste ton papa et qu’une maman ne se remplace pas ! »

 

Tout et son contraire !

 

Attention à nos mots, qu’ils ne deviennent des maux ni pour nous, ni pour nos enfants.

 

Certaines paroles devraient être mûrement réfléchies avant d’être prononcées.

 

C’est au quotidien qu’un enfant, par exemple, prend ses marques, ses repères et se fait progressivement une image de ce qu’il est.

 

Il doit pourtant composé avec l’image que lui forge ses parents (nos parents, avant nous, l’ont fait également !)

 

Nous avons tous faits l’objet à un moment ou à un autre de ces paroles qui « tuent » :

 

-        « Qu’est-ce que tu veux, tu sera toujours nul en maths ! »

-        « Tu es trop bête ! »

-        « Tu n’es qu’un égoïste ! »

-        « Tu n’arriveras jamais à rien… »

 

Lorsqu’elles sont répétées régulièrement, ces paroles peuvent condamner un enfant : la « toute petite phrase » prendra valeur de prophétie et l’enfant croira qu’il EST ce que nous répétons, continuellement.

 

Le poids des mots est très important dans la vie courante, mais comme nous l’avons vu, dans les oreilles de nos enfants, ils prennent une dimension de prophétie.

 

Alors choisissons bien nos mots avant qu’ils ne deviennent des maux !

 

A bientôt quelque part Chers CO-Créateurs !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article